Réalisations

Construction passive à Kalmthout

Construction passive à Kalmthout

Orientation bois

Pour la construction de sa propre habitation, l’architecte d’intérieur Gert Willemen tenait à mettre en oeuvre une solution basée sur le respect de l’environnement. En bois, naturellement. Avec quelques touches originales voire innovantes. Voici donc un projet passif qui a pris le temps de mûrir, car les détails font souvent la différence.

D’un point de vue pratique et créatif, le canevas de la construction était simple : imaginer une construction intégrant un espace d’habitation privé et un bureau professionnel. Le tout en tenant compte du site boisé, de l’orientation de la parcelle et des prescriptions urbanistiques. Un schéma relativement classique qui a néanmoins nécessité quelques réflexions approfondies pour contourner certains obstacles et tirer profit du cadre exceptionnel des lieux.

Orientation

Etant donné que les plus belles vues sur le bois se situaient côté nord-ouest, nous sommes partis sur l’idée de grandes baies vitrées sur cette façade de l’habitation, explique Gert Willemen, de l’agence d’architecture e-Projecten. Côté sud, nous avons opté pour un jardin emmuré avec un plan d’eau. Ici aussi, avec de belles ouvertures vitrées afin de profiter un maximum des apports solaires en hiver. L’orientation de la parcelle, pas forcément idéale en raison de la présence de nombreux grands arbres côté sud, a donc dicté le concept final.

Ossature bois

La volonté de l’architecte de travailler avec des matériaux présentant une empreinte écologique aussi limitée que possible s’est traduite par l’utilisation de bois sous bon nombre de formes. Ainsi, toute la construction a été érigée en poutres en I, tant pour l’ossature que pour les planchers, les parois et la toiture. Le squelette a été conçu en poutres en bois FJI (Finjoist) et KERTO (multiplex) de 40 x 300 mm ensuite recouvert de panneaux en fibres de bois (Celit 3D) de 18 mm d’épaisseur côté extérieur (isolation thermique), et de panneaux OSB3 de 15 ou 18 mm côté intérieur (étanchéité à l’air). L’isolation des caissons a quant à elle été réalisée en cellulose de papier (Dammstatt).

Vu la présence de grandes surfaces vitrées au rez-de-chaussée, quelques colonnes et poutres métalliques ont néanmoins dû être employées, mais leur nombre est limité car l’architecte a préféré utiliser des poutres en lamellé-collé dès que l’occasion le lui permettait.

Prescriptions urbanistiques

Aussi étrange que cela puisse paraître au regard du cadre boisé dans lequel cette belle villa de 190 m2 (surface habitable) a été construite, les prescriptions urbanistiques interdisaient une enveloppe extérieure entièrement en bois. Gert Willemen a dès lors été contraint d’avoir recours à un autre matériau pour une partie du bardage. J’ai retenu une solution en panneaux Eternit au look béton pour le rez-de-chaussée, tandis que tout l’étage est recouvert d’un bardage horizontal en Platowood (épicéa traité thermiquement). Pour nous protéger de la surchauffe en été, deux dispositifs pare-soleil ont été prévus : un modèle indépendant de la façade à ouverture horizontale côté sud et un modèle en stores vénitiens à ouverture verticale en Platowood côté ouest.

Châssis invisibles

La mise en oeuvre des fenêtres illustre tout le sens du détail affiché par l’architecte. Aviez-vous remarqué que tous les châssis n’étaient pas visibles? Pour rendre les châssis invisibles, j’ai imaginé de les intégrer directement dans la structure du bâtiment. Si l’idée paraît simple, elle n’a pas été évidente à transposer dans la réalité. L’une des principales difficultés était en effet de résoudre les problèmes d’humidité. Sans vouloir entrer de trop dans les détails, il nous a expliqué que les châssis visibles étaient en épicéa vernis, tandis que les châssis invisibles étaient en afzelia.

Aménagement intérieur

L’aménagement intérieur a quant à lui fait la part belle au bambou. Ce matériau constitue en quelque sorte le fil rouge de la décoration : revêtement de sol, espace cuisine et- escalier. Difficile en effet de passer à côté d’une telle réalisation. L’escalier a été réalisé en multiplex de bambou. Les marches et contremarches sont obtenues par le croisement de lamelles collées et vissées. On marche donc sur le sens transversal du multiplex. Mon objectif était de réaliser un escalier léger, autoportant et à base d’un seul matériau, conclut l’architecte d’intérieur.

Plus d’infos

Conception : e-Projecten, Gert Willemen, Kinderwelzijnsstraat 20A à 2920 Kalmthout (03/666 21 61 &ndash: gert@eprojecten.be)
Réalisation : auto-construction, en collaboration avec Jan Heymans schrijnwerkerij (menuiserie et mobilier)
Prix au m2 : 1500 €/m2 HTVA (mobilier inclus)

Photos : Stefan Jacobs

Code postal: 2920
Bardage: Epicéa - Platowood
Localité : Kalmthout
Bois labellisé: /
Fonction: Habitation unifamiliale
Plancher: /
Type de construction: Construction neuve
Parquet: Bambou
Situation: /
Escalier: Bambou
Structure: TJI et Kerto
Menuiserie intérieure: Bambou
Menuiserie extérieure: Afzelia
Autre: /

e-Projecten
Gert Willemen - Kinderwelzijnsstraat, 20A | 2920 Kalmthout

T. 03/666 21 61
F.
M.
E. gert@eprojecten.be
W.